Look it's Tristan…

11° 32S / 32° 47W

Plonger dans une marée humaine brutalement demain. C'est le carnaval au Brésil. Devenir disponible aux autres, rattraper les semaines d'absence. Combler les vides.

Ou décider de ralentir tout cela, de freiner, de rester dans sa bulle. Elle s'était toujours exposée à beaucoup de choses. Et si aujourd'hui, elle décidait de se protéger, de conforter cette bulle, qu'elle n'arrivait à créer que lors de ses expéditions. Elle se sentait toujours un peu à part. A part. Comme toujours un peu de quart de nuit. A part. Elle voudrait rester sur le bateau. Comme ces enfants qui ne veulent pas naître. Qui veulent rester là, dans un ventre maternel. A l'abri, protégés. Traverser le pacifique maintenant. Faire une boucle autour de la terre, puis deux puis trois... Un jour, elle ne reviendra pas. Elle se posera dans un espace en mouvement, en perpétuel mouvement, un sol qui se déplace et qu'elle habite. Et si c'était cette fois ci?

« ... Qu’il soit le bienvenu. Personne ne peut être mieux-venu que lui. S’il se retourne, elle lui fera signe, un petit signe de la main. Et s’il ne se retourne pas, elle lui enverra un émissaire, un émissaire en rêve, un émissaire mental, pour lui dire qu’elle veut aussi, oui, et ce sera exactement aussi bien. »

Il la rejoindra, il aura deviné, où. Elle l'attendra, tranquillement, confiante, sans mails. Juste savoir qu'il la rejoindra là. Sans plus de commentaires.

" Look it's Tristan." Un roman photo.