- CR

Le plaisir géomorphologique total

Le lac au nord est d'Igloolik dont parlait Hervé, est un lieu de pêche où l'on trouve les ombles de lac.

Le lac le plus proche du village, lui, n'a jamais eu de poissons.

Mousses épaisses jusqu'au bord. Un croissant de pierres rondes créé une sorte de parenthèse en relief avant d'arriver sur la rive. C'est un amas de pierres mais roulées, de toutes les couleurs, mélangées, comme déplacées là. Des champs de pierres rondes comme tombées du ciel. Un sable fin au fond du lac peu profond. Ici personne ne connaît vraiment l'histoire de ce sol en coupe. Plutôt celle des hommes, des animaux et des paysages arpentés.

L'eau est à 8°, elle est plus chaude que l'extérieur, le sable est doux sous mon pied. J'ai dû aller décrocher ma "cuillère" qui s'était attachée au fond, là où il y a des roches et une "cuillère" ici c'est précieux et puis c'est l'été on peut marcher pieds nus...

Alors? était-ce un bain dans un thermo-karst?

Le plaisir -gustatif- total

Omble chevalier
Famille des salmonidés

C'est une espèce holartique qui ne vit que dans l'hémisphère Nord. Il a le corps allongé et fusiforme, quelque peu arrondi, typique des salmonidés et porte une livrée argentée colorée de bleu sombre ou de bleu vert sur le dos et le haut des flancs avec une série de petits points roses le long de la ligne latérale et au-dessous. Sa taille moyenne se situe entre 38 et 46 cm.

L'omble-chevalier vit dans les lacs de montagne profonds. L'été, il descend à des profondeurs pouvant atteindre 80 à 100 mètres pour rechercher les plus basses températures. C'est la raison pour laquelle il est très rare en été et plus présent sur les marchés au printemps et à l'automne. La rareté de ce poisson d'une grande finesse en fait un produit d'exception.

Au Québec, il existe 2 types d'omble chevalier :

  • L'anadrome qu'on retrouve au nord du Québec séjourne et fraie en mer mais préfère hiverner en eau douce. Il porte une livrée bleu acier et des flancs argentés avec de grandes taches roses, rouges ou crème.
  • L'omble chevalier d'eau douce est présent surtout au sud du Québec. Il a adopté les couleurs de nos forêts : Dos vert foncé ou bleu-vert; flancs et abdomen rouge orange vif. Poisson noble, il vit dans les eaux froides des lacs profonds. L'été, il descend à des profondeurs pouvant atteindre 80 à 100 mètres pour rechercher les plus basses températures. C'est la raison pour laquelle il est très rare en été et plus présent sur les marchés au printemps et à l'automne. La rareté de ce poisson d'une grande finesse en fait un produit d'exception.

Valeurs nutritives au 100 g
Calories : 159 ; Eau : 71 g ; Glucides : 0 ; Protéines : 20.2 g ; Lipides : 8.1 g
ombles

  • Bien préparer
    L'omble possède des écailles plus petites que celles du saumon.
  • Entier, rincer très délicatement l'omble sous l'eau courante pour ne pas abîmer la muqueuse recouvrant la peau. Elle risque de perdre sa belle couleur à la cuisson.
  • Bien cuisiner
    C'est un poisson gras dont la chair peut varier selon son alimentation. Appartenant à la famille des salmonidés, l'omble s'adapte à toutes les préparations de saumon.
  • Cuisiner de façon simple afin de garder toute la saveur naturelle de sa chair : meunière, grillé, poché froid, à la crème .
  • Au four
    Saler et poivrer les filets; coucher sur un lit d'échalotes hachées dans un plat beurré; arroser avec 200 ml de vin blanc, 200 ml d'eau et le jus de 1/2 citron; ajouter un bouquet garni et couvrir avec un papier beurré; porter à ébullition sur le feu; mettre ensuite au four à 200°C. (400°F.) et laisser pocher 15 minutes pour des pièces de 300 à 400 g et 30 minutes pour des poissons plus grands.
  • Préparation de la sauce
    Réduire le fond de cuisson du poisson à 100 ml; ajouter 250 ml de vin blanc et incorporer le roux préparé avec 20 g de beurre et 20 g de farine; cuire à feu doux environ 10 minutes en brassant régulièrement. Mélanger 2 jaunes d'œufs avec 100 ml de crème; verser dans la sauce; mélanger en faisant attention de ne pas faire bouillir. Incorporer 50 g de beurre au fouet. Rectifier l'assaisonnement avec sel, poivre et jus de citron. Servir la sauce à part.
  • Au court-Bouillon
    Pour ne pas brusquer sa chair délicate, il suffit de préparer un court-bouillon et de le chauffer au point d'ébullition. Retirer la casserole du feu et faire pocher les filets 5-6 minutes selon la taille et l'épaisseur.
  • En papillote
    Huiler une feuille de papier aluminium; déposer une julienne de légumes qu'on aura fait suer au préalable quelques minutes dans un peu d'huile d'olive. Déposer les 2 filets d'omble chevalier l'un sur l'autre avec une branche de thym, sel, poivre et 2 c. à soupe de vin blanc. Cuire au four à 200°C. (400°F.) une douzaine de minutes.

Le plaisir -géomorphologique- total

salut Catherine
je suis dans un endroit plus dépourvu d'internet que toi et ne peux pas bien suivre tes aventures nordiques.. excuse moi. Dés que je retrouve le côté numérique de la civilisation, je rembraye

je t'embrasse

Le plaisir -géomorphologique- total

Idem pour moi
Je viens de me reconnecter dans une bourgade du sud ouest de la France et les réseaux sont très capricieux par ici (passages satellitaires ou effets caniculaires ?) - je peux lire les textes depuis mon iPhone mais impossible de charger les images ... Ce qui limite sacrément la visibilité du projet et de la trajectoire inuitique de catherine.

Retour à la civilisation le 29 - je pourrais alors commenter en bloc les envois multiples.

Crdlmnt

Le plaisir -géomorphologique- total

Au même moment ou presque, ma fille et moi, ayant décollé de Brest par une température de 15°, nous nous trempions dans les eaux tièdes (28°??) de la plage de Kitoplatia à Agios Nikolaos, en Crète. C'était le début de notre voyage. Je n'avais pas prévu en le projetant qu'il serait accompagné tout au long, de ta pensée là-bas, dans le grand nord. "Est-ce qu'un Esquimau par cette température mourrait ?" a demandé ma fille en sortant de l'eau. Nous avons convenu que sur le chemin de la Crète nous lui conseillerions un petit arrêt dans le Finistère pour une acclimatation progressive.

Le plaisir -géomorphologique- total

Lac Iqalulikulluk (petit poisson)

Iqa c'est "petit" et lulikulluk "poisson" ? ou bien c'est autrement ?

 
- CR

vue aérienne Igloolik

photos aériennes (altitude 200m) réalisées par les artistes Marko Peilhan et Matthiew Biederman de Igloolik en 2010 avec un drone qu'ils ont créé. Ils exposent leur travail à la biennale de Lyon cette année. Ils ont créé API (Artic Perspective Initiative). Ils viennent d'arriver à Igloolik pour tester de nouveaux matériels qui permettront aux chasseurs et pêcheurs inuit d'être autonomes au niveau des technologies et de l'énergie.

 
- CR

Habiter Igloolik

Le Nunavut ,à la suite d'un référendum et de négociations ardues entre populations autochtones et l'état canadien, est reconnu comme territoire depuis 1993 et l'accord du Nunavut est appliqué depuis le 1er avril 1999. Contrairement à la France par exemple, le Canada reconnaît, sur son territoire, l'existence de populations autochtones et leur reconnaît des droits particuliers. Le Nunavut a un gouvernement. Les habitants sont collectivement propriétaires de 20% du Nunavut (353 000 kilomètres carrés et peuvent exploiter 10% du sous-sol) mais cèdent leurs droits sur le reste des terres et renoncent à toute revendications territoriales futures sur celles ci.

Igloolik fait partie de ces 20%. Les sols et terrains sont collectifs. Ils sont loués 10 ans (compter 600 dollars canadiens par an à Igloolik), au bout de 10 ans, l'habitant obtient un droit qui lui permettra d'acheter le terrain pour un dollar symbolique dans l'éventualité d'une vente des terrains, ce qui n'est pas encore le cas. Lors de la sédentarisation des inuit, Saladin d'Anglure rapporte que les inuit disaient "nous rentrons chez nous" lorsqu'ils quittaient le village d'Igloolik (le village créé par les blancs) pour les camps d'été effectués loin du village. Maintenant la maison (standard canadien) est devenue centrale dans la vie des inuit et fixe.

Aujourd'hui à Igloolik, plus de 95% des maisons sont propriétés du gouvernement et sont donc des logements locatifs. Les loyers sont fixés en fonction des salaires pour les inuit. Peu d'entre eux ont un revenu fixe. L'eau , le chauffage au fioul sont payés par le gouvernement en plus d'indemnités pour la vie quotidienne. Pour les blancs qui sont en général fonctionnaires et ont des salaires très élevés, le loyer atteint 1000 dollars environ pour une petite maison. Pour les autres professions c'est très difficile de s'installer ici.

Cet état des lieux pour bien comprendre le système dans lequel se trouve englué ce village.

J'ai eu l'occasion de me rendre dans de nombreuses maisons. Et j'avais toujours cette impression de maisons inhabitées, comme si ses habitants n'étaient que de passage, en transit. Tous les murs sont blancs, la plupart des plans intérieurs sont identiques, la position des meubles aussi, étant donné la petite taille des espaces. Les familles sont grandes et la plupart des générations vivent dans la même maison.

Construire ici coûte excessivement cher. La maison bois standard canadienne est ici comme anachronique dans une toundra de lichens et de pierres. Aucune ressource naturelle pour construire ces maisons préfabriquées de contreplaqué et d'aggloméré. Seul le porte-containers du mois de septembre peut le permettre.

Habiter Igloolik / générique américain

La photo de Catherine montrant l'étalement urbain de ces pavillons préfabriqués rappelle ces villes génériques étalées sur les territoires nord-américains - le confort en moins. Même format, mêmes matériaux (couleurs parfois différentes, selon le choix sur le catalogue ?), même mobilier intérieur (catalogue oui certainement), etc.
Elles semblent disposées de guingois, sans organisation pré-établie.
Peu ou pas de matériaux sur place pour s'investir dans une auto-construction, pour étirer l'habitat en prothèses multiples comme c'est le cas en Asie du Sud-Est.
A Igloolik, il semble n'y avoir aucune marge de manoeuvre, ni de liberté dans ce périmètre.
Seul l'horizon.
Inspirant.
Mais les maisons n'arborent que de petites fenêtres. Pour dialoguer avec l'infini il faut donc s'exposer (au soleil, au froid, aux vents).
Comment survivre ?

 
- CR

Dessin technique

 
- CR

Traces