- GP

J'habite ici

Je ne me souviens pas avoir ressenti cette impression d'habiter en Antarctique, que ce soit la première ou la deuxième fois. 
Ici, à Igloolik, on habite, on construit pour soi, on chasse, on pêche, on édifie des lieux de culte, on a des enfants, on vit et on meurt.

J'habite ici

Animaux domestiques ? insectes ? petits rongeurs ???

Curiosité généalogique

"Je ne me souviens pas avoir ressenti cette impression d'habiter en Antarctique"

Ce qui nous fascine nous, fils et filles des catéchismes et qui nous fait vouloir ethnologues c'est cette curiosité généalogique de "l'avant", l'avant de l'histoire -laquelle histoire se fonde a-posteriori à partir des églises- Une pré-histoire du monde alors dont l'Inuit pourrait figurer l'écart. Non pas pré-histoire comme avant de l'histoire mais comme sa condition d'existence, immanente. CR peut dire qu'elle n'a pas habitée en antarctique -monde sans connaissances autres que la mémoire des pierres- et qu'à peine débarquée à Igloolik se sentir habiter là...

J'habite ici & il habitera toujours là-bas

Ici, à Igloolik, on habite (…) on édifie des lieux de culte, on a des enfants, on vit et on meurt[1].

[1] Lorsque nous nous sommes arrêtés tous les quatre dans le petit café du bourg il y a quelques semaines, nous étions Place Père Robert Le Meur (29). En lisant tes mots Catherine, puis la note de Jérôme, tout à coup le souvenir fantôme de cet homme d’église qui habite ma pré-histoire sensible s’est manifesté. J’ai sollicité l’aide de mes documentalistes familiaux pour qu’ils m’éclairent et je vous adresse à tous leurs archives.

Igloolik et Tuktoyaktuk. Nord Est et Nord Ouest. Continuons. J’oublie Flaherty et Nanouk quand tes photographies nous racontent ton arpentage dans un film en plans fixes aussi dépeuplés qu’habités.

J'habite ici et nous te suivrons ?

Je suis resté dans le sud (relatif) mais je pense que Catherine est notre éclaireur à tous, du moins, si j'en crois J.-G. Ballard dans un de ses anciens romans lu dans la moiteur estivale :

« Soixante ou soixante-dix ans plus tôt, le premier choc s’était produit : une succession de gigantesques soulèvements géophysiques avait transformé le climat de la planète (…). Dans le monde entier la moyenne des températures s’éleva de quelques degrés chaque année. La plupart des zones tropicales devinrent inhabitables ; des populations entières émigrèrent vers le nord ou vers le sud, fuyant des températures de cinquante degrés et plus. Les zones tempérées devinrent tropicales ; l’Europe et l’Amérique du Nord subissaient de perpétuelles vagues de chaleur ; les températures descendaient rarement en dessous de trente-huit degrés. Les Nations unies organisèrent la colonisation du plateau antarctique et des côtes nordiques des continents canadien et russe. » (p.24)

J.G. Ballard, Le monde englouti, Denoël, coll. Présence du futur, (1962) 1964.

Arctique et Antarctique

« Je ne me souviens pas avoir ressenti cette impression d'habiter en Antarctique, que ce soit la première ou la deuxième fois. Ici, à Igloolik, on habite, on construit pour soit, on chasse, on pêche, on édifie des lieux de culte, on a des enfants, on vit et on meurt. » (11/08/05/TU14H44-CR- J'habite ici)

D’abord, une évidence: l’Arctique est un Océan (certes recouvert de glace pour la plupart, mais quand même), l’Antarctique un continent...

pole nord et pole sud

L’Arctique et l’Antarctique ne s’opposent pas seulement comme le Nord et le Sud, le haut et le bas (pile ou face, recto-verso), mais aussi topologiquement comme le creux et le plein, le concave et le convexe (femelle-mâle, goulot-bouchon, ...). Et, plus important, les terres arctiques sont pour la plupart le prolongement de terres tempérées et habitées, l’Antarctique est une île (isolée) qu’on n’atteint qu’après avoir franchi des océans peu engageants (les terres tempérées et habitées sont loin...). Normal donc que l’Arctique soit habité, mais pas l’Antarctique...

On trouve donc un certain nombre d’installations humaines le long du parallèle Nord (cf images jointes: chaque titre indique s’il s’agit du parallèle Nord ou Sud (la latitude étant toujours 69°22’32"), la longitude, et la taille du côté du carré-échantillon), et même certaines semblent assez « habitables ». En Antarctique, par contre, c’est le désert... Mais, surprise, j’ai trouvé un campement juste sur le parallèle exploré: est-ce là que Cath avait résidé, par pure coïncidence?

5 vues google earth